Ce pour quoi nous ne voulons plus payer la cantine

jeudi 3 juin 2010
Dernière modification : jeudi 3 juin 2010

Nous sommes assistants d’éducation, assistants de vie scolaire ou maîtres au pair dans des établissements de l’éducation nationale en Île de France.

La grève des chômeurs, mouvement de refus né de la volonté de s’opposer pratiquement à la politique menée par les institutions en charge de la précarité (comme Pôle emploi ou la CAF), est une lutte dans laquelle nous pouvons nous retrouver bien que nous travaillions pour le moment.

Nous travaillons en effet, et sommes des chômeurs potentiels. Au terme d’une année de service, l’établissement dans lequel nous exerçons peut décider de ne pas renouveler notre contrat pour diverses raisons qui nous échappent le plus souvent. Ce n’est pas tant cette épée de Damoclès dressée au dessus de nos têtes que nous redoutons bien que nous préférerions avoir le choix de travailler 1 an, 2 ou plus lors de la signature de notre contrat.

Comme les chômeurs, nos revenus sont bien faibles pour payer le nécessaire que nous devons toujours payer plus sans que nos salaires soient à la hauteur.

Comme les chômeurs, nous avons besoin, dans les limites posées par ce système, d’argent. Se nourrir, se loger, se déplacer, s’habiller en demandent.

Contrairement à ceux qui se plaignent de travailler à temps partiel et de ne pas gagner suffisamment, nous posons le problème autrement. Travailler à temps partiel est une aubaine pour celui qui doit se salarier un temps soit peu et qui a tant d’attachements par ailleurs.

Aussi, beaucoup de précaires de l’éducation poursuivent en parallèle leurs études, rendues difficiles et parfois même compromises lorsque les horaires de travail au bahut demeurent incompatibles avec celles du lieu d’études.

Ce que nous constatons alors, c’est qu’un mi-temps ne rapporte pas assez et qu’un temps plein nous vole tout notre temps.

C’est pour cela que nous ne paierons plus la cantine. Nous pouvions frapper à d’autres portes et nous le ferons sans doute, mais nous avons choisi celle-ci puisque nous la franchissons chaque jour.

Par ce refus de payer nos repas sur notre lieu de turbin, nous avons bien conscience de ne pas là mener une action grandement révolutionnaire alors qu’il y aurait tant à faire, en tant que travailleurs ou pas, en vue d’une meilleure répartition des richesses produites.

Ne plus payer nos repas, c’est tout de même toujours cela de pris sur la part remise au Capital dont l’appétit féroce et les crises à répétition qu’il nous sert, vont jusqu’à nous imposer aujourd’hui et partout en Europe des mesures d’austérité. Mesures qui invitent une fois de plus une grande part de la population à se serrer la ceinture.

Ce refus de payer la cantine est avant tout un des outils que nous employons, nous confortant dans l’idée que c’est en menant des actions collectives que nous pouvons échapper à cette situation de précaire ; situation de celui qui n’a que peu d’emprise sur le cours de sa vie quotidienne.

C’est bien une hypothèse qui par cette action est posée. L’hypothèse de sortir du cercle de la domination et de la dépossession. Nous choisissons enfin et d’abord de ne plus payer.

Quelques précaires de l’éducation nationale

Co/ Précaires en lutte d’Antony : cpl.antony gmail.com

Appel de la coordination des collectifs de chômeurs et précaires : tous en grève à partir du lundi 3 mai !

Ni emploi forcé, ni culpabilisation, ni management, grève des chômeurs !

17 affiches pour la grève des chômeurs - CAFards, Montreuil

À Rennes comme ailleurs, ni colonisation du temps libre, ni coaching, grève des chômeurs ! / [5087] / Grève des chômeurs : échos de Perpignan, Lyon, Nantes, Bordeaux, Montreuil et Paris / Leur solidarité nous fait crever - Grève des chômeurs en Dordogne / On a le temps, la détermination et rien à perdre, rdv lundi 31 mai - Collectif brestois en marche contre l’injustice sociale / L’heure est à la contre-offensive ! Coordination des Collectifs de Chômeurs et Précaires de Bretagne / Accrochage sur le chantier du siège social du Crédit agricole en Bretagne : Les banques s’engrècent... Vive la grève des chômeurs et précaires ! / Visite du Pôle emploi du Pharo à Marseille, B. rétablie dans ses droits ! / Rassemblement jeudi 27 mai à la direction régionale de Pôle emploi à Lyon / Rejoignez la grève des chômeurs lundi 31 mai à Nantes / Grève des chômeurs : de Pôle en Caf à Antony / La Grève des chômeurs s’invente à Nancy : c’est la C.R.I.S.E. ! - Coordination Révoltée des Invisibles Solidaires et Enragé-e-s / Matérialisation de chômeurs à la plate-forme téléphonique de Pôle emploi à Noisy-Le-Grand / La Grève des chômeurs déménage un Pôle emploi à Rennes / Grève des chômeurs : Aux conseillers de Pôle emploi / Chronique du piquet des chômeurs en grève à Montreuil / Grève des chômeurs : Absence à convocation autorisée après l’occupation de la direction régionale de Pôle emploi Bretagne / Pendant que les chômeurs et précaires trinquent, les DG de Pôle Emploi boivent du champagne. / La grève des chômeurs investit des Pôles emploi et des CAF à Quimper, Brest, Rennes, Nice, Menton, Montpellier, Paris, Caen, Lannion, Lorient, Tours / Occupation de la salle du conseil d’administration du siège de Pôle emploi ce 3 mai - Grève des chômeurs ! / Inventer la grève des chômeurs, des intermittents et des précaires / Pour une grève des chômeurs et précaires à Tours / Grève des Chômeurs - Soutien aux actions collectives des chômeurs et précaires - Solidaires SUD Emploi / Union syndicale Solidaires / Grève des chômeurs, intermittents et précaires : travailleurs sociaux, soyons solidaires de ceux qui occupent - Collectif NRV / Appel aux précaires : faisons de la grève du 3 mai le début d’une lutte prolongée / Contre les sous-traitants de Pôle Emploi, occupation de deux agences de coaching à Rennes / Pourquoi une grève des chômeurs et précaires ? Collectif du 3 mai, Rennes / Sur les décombres du plein emploi : 9 Pôles et 6 boites de coaching occupés à Brest, Paris et Rennes / Ni Policemploi, ni coaching, rdv jeudi 22 avril

Appel au lundi 3 mai - collectif brestois en marche contre l’injustice sociale

Thèses sur la grève des chômeurs et précaires

Engageons dès maintenant une grève des chômeurs contre notre subordination à l’ordre économique - Mcpl, Rennes

Nous sommes tous des irréguliers de ce système absurde et mortifère - L’Interluttants n°29, hiver 2008/2009, Coordination des intermittents et précaires

Adresse originale de l'article : http://www.cip-idf.org/spip.php?article5091