MANIFESTATION NATIONALE LE 19 AVRIL 2004

dimanche 4 avril 2004
Dernière modification : jeudi 7 avril 2005

MANIFESTATION NATIONALE LE 19 AVRIL 2004

A l’occasion du rdv du 19 avril au Conseil National des Professions du Spectacle (CNPS) qui se tient au ministère de la culture et qui est présidé par le nouveau ministre, nous demandons à tous les intermittents et personnes concernées par les réformes UNEDIC de nous rejoindre.

A Paris :
A 16 heures MEDEF (av. Bosquet) - Ministère de la Culture (Rue de Valois)
L’arrivée vers 17h30 place du Palais Royal se fera en même temps que la sortie du CNPS.
En province :
Appelez à manifester et descendez dans la rue

Cette manifestation est très importante pour exiger l’abrogation et l’ouverture de négociation immédiate avec tous les concernés. Il ne faut pas que les déclarations de Chirac restent des déclarations d’intention.

Nous rappelons que :
- La mission d’information sur la culture à l’Assemblée Nationale présidée par Dominique Paillé (UMP) dont le rapporteur est Christian Kert (UMP) a rendu public un premier communiqué disant que le protocole mis en place le
1er janvier ne réglait aucun problème et qu’il fallait rouvrir des négociations au plus vite. Jean-Jacques Aillagon avait promis que les conclusions de cette mission indépendante seraient entendues.

- Le comité de suivi composé de la CGT, la SRF, le SYNDEAC, l’UFISC et la COORDINATION NATIONALE ainsi que des groupes parlementaires au complet (assemblée+sénat) PS, PC, VERTS, UDF et des personnalités UMP comme Etienne Pinte (député maire de Versailles) demande la renégociation du protocole sur la base des contre-propositions que nous avons énumérées à l’assemblée.

- C’est M.J ROIG (nouvelle ministre de la famille), signataire de la plate-forme de nos contre propositions, qui s’était exprimée lors de la conférence de presse à l’Assemblée. Elle avait appelé à la réouverture
rapide des négociations.

- Même Christine Boutin (amie du nouveau ministre) a signé la demande de réouverture de négociation.

Renaud Donnedieu de Vabres et Jean-Louis Borloo ne peuvent plus ignorer que tous ceux qui ont étudié le dossier le trouvent indéfendable.

Nous attendons des actes, soyons là pour leur rappeler.

Adresse originale de l'article : http://www.cip-idf.org/spip.php?article1287